Comme nous l’indiquions dans l’article sur la gestion du temps, la base première de la productivité, c’est de comprendre que nous avons deux ressources à notre disposition : le temps et l’énergie. L’énergie, comme le temps, doit être utilisée sagement sous peine de difficultés professionnelles et familiales. Dans une société où nous sommes continuellement sous-tension, il est plus important que jamais d’en prendre conscience.

Vous est-il déjà arrivé de finir votre journée en tombant dans le fauteuil et en soupirant : “je suis complètement vidé(e) !” Si cela vous arrive régulièrement, vous ne voyez peut-être pas de manière d’échapper à cette issue. Tous les soirs, vous arrivez au même constat : vous n’avez plus d’énergie pour rien. Si vous vous reconnaissez dans cette description, prenez courage : tout n’est pas perdu.

Un homme se tient devant un ciel étoilé

Gérer son énergie : pourquoi est-ce vital ?

Quelle est la dernière chose que vous faites chaque jour ? Probablement est-ce de brancher votre smartphone à une source d’énergie pour être certain qu’il tienne toute la journée suivante… C’est une réalité : votre précieux outil de communication, même chargé en début de journée, se retrouve vide le soir. Comment cela se fait-il ?

C’est relativement simple : chaque sollicitation qu’il reçoit et le travail nécessaire pour y répondre consomme de l’énergie stockée dans sa batterie. Ces sollicitations, ce peut être une vidéo que vous regardez sur Internet ou une notification qu’il reçoit et doit afficher. Ce peut être la musique que vous écoutez ou la connexion Bluetooth avec votre montre connectée ou vos écouteurs. Ce peut être aussi l’actualisation en temps réels que demandent certaines applications. Chacune de ces demandes consomme plus ou moins d’énergie. Ainsi, vous aurez facilement remarqué que la navigation GPS sur votre smartphone est bien plus gourmande en énergie que d’y lire un article de Be Efficient (vous savez ce qu’il vous reste à faire : lisez plus souvent Be Efficient 😁).

Un homme indécis

Au fur et à mesure de ces tâches effectuées, la batterie de votre mobile va se vider. Quand elle arrive à un seuil de réserve, l’appareil va commencer à ne plus effectuer certaines tâches secondaires comme l’actualisation en arrière-plan pour garder l’énergie pour les tâches prioritaires, par exemple pour que vous puissiez rester joignable aussi longtemps que possible.

Enfin, en dessous d’un seuil critique, votre smartphone va s’éteindre parce qu’il ne pourra plus assurer les fonctions élémentaires qui lui sont demandées.

Votre corps est comme ce smartphone. Il est beaucoup plus complexe, mais reste soumis à la même contrainte : il a une certaine réserve d’énergie. Chaque chose que vous ferez dans la journée, chaque décision que vous prendrez, chaque réflexion que vous ferez ou tairez va consommer de l’énergie.

Le saviez-vous ?

Certaines études montrent qu’un individu moyen peut prendre jusqu’à 35 000 décisions chaque jour. Ce chiffre représente une décision toutes les deux secondes.

En réalité, il s’agit probablement de la fourchette haute, mais même si l’on imagine prendre une décision sur chaque minute éveillée de la journée (avec 8 h de sommeil), nous arrivons à 960 décisions sur la journée. Réfléchissez-y : une décision par minute, est-ce vraiment irréaliste ? Quand vous parcourez un menu de 15 plats, vous faites déjà 15 décisions – je prends ou je ne prends pas ? Sur quel laps de temps le faites-vous ?

Une personne devant un tableau plein de post-its

Ainsi donc, le choix de vos vêtements, ce que vous mangerez, quel chemin vous emprunterez, comment vous allez résoudre ce dossier épineux que votre chef attend ? … toutes ces décisions vont puiser dans votre réserve d’énergie.

Pourquoi n’ai-je pas reçu cette augmentation que j’attendais tant ? Pourquoi mon chef ne réagit-il pas aux problèmes importants que je rencontre quotidiennement ? Ce satané Windows n’arrête pas de planter, j’en ai ma claque ! Est-ce que les enfants ont bien étudié ?

Tout cela aussi consomme de l’énergie. Qu’ils s’agissent de sentiments refoulés ou exprimés, ils focalisent votre attention et puisent dans votre batterie personnelle !

Une fois que vous rentrez du travail, votre meilleure ami(e) vous appelle et vous lui racontez votre journée, ce qui vous a frustré et pourquoi. Cela exacerbe des sentiments et consomme aussi votre énergie.

Pas étonnant que vous arriviez épuisé(e) en fin de journée, n’est-ce pas ?

Quels sont les risques liés à une mauvaise gestion de votre énergie ?

Un mot est devenu à la mode ces dix dernières années : burn-out. On le traduit en français par Syndrome d’Épuisement Professionnel. En réalité, il n’y a souvent pas que la vie professionnelle qui pèse dans la balance. Les personnes qui ont une vision faussée de leur travail et de leur engagement y sont certes plus fréquemment sujettes. Toutefois, ces facteurs vont généralement de concert avec une vie familiale déstabilisée ou, en tout cas, mouvementée.

C’est facile à comprendre : quand vous arrivez déjà épuisé(e) psychologiquement et physiquement de votre travail et que vous devez encadrer une famille avec tout ce que cela implique, l’impact sur votre niveau d’énergie est facile à calculer.

Une femme à plat ventre sur le lit

Quels sont donc les risques d’une mauvaise gestion de votre énergie personnelle ? Eh ben, en simplifiant à l’extrême, votre corps va faire comme votre smartphone : une fois qu’il arrive à un niveau de réserve, il va progressivement couper toutes les fonctions secondaires pour garder les plus importantes en veille.

  • Vous avez plus de mal à vous concentrer ;
  • Votre système immunitaire s’affaiblit ;
  • Par ailleurs, vous devenez irritable et vos relations familiales se détériorent ;
  • Les fonctions de votre corps qui ne posaient aucun problème avant vous font souffrir : tensions musculaires, maux de tête, douleurs abdominales, troubles digestifs sont votre quotidien.
  • Vous perdez l’appétit, vous vous étiolez lentement, vous racontez en boucle les mêmes choses, vous vous perdez dans des endroits pourtant familiers.

Ceux qui ont soutenu des victimes de burn-out pourront facilement vous décrire ces symptômes parce qu’ils sont extrêmement perceptibles pour l’entourage alors que le malade n’en a absolument pas conscience.

Une femme cache sa peine avec un emoji souriant

Par ailleurs, ils ne sont pas à prendre à la légère. Votre corps vous envoie des signaux pour vous inviter à vous calmer en urgence. Sans quoi les conséquences peuvent être catastrophiques.

Comment gérer son énergie avec efficience ?

Beaucoup de conseils sont disponibles aujourd’hui sur la façon de gérer votre énergie et les recopier ici ne servirait pas à grand-chose sinon à dupliquer des informations déjà existantes. Voici quelques pistes de réflexion qui pourront vous guider dans vos recherches :

  • Ayez une vision plus réaliste de votre travail : il s’agit d’un moyen de vivre décemment. Vous devez donc le laisser à sa place, aussi difficile que cela puisse sembler.
  • Cultivez la modestie. Être modeste, c’est être conscient de ses limites. Acceptez que vous ne pouvez pas tout contrôler : certaines choses sont de votre ressort et vous pouvez agir dessus, mais d’autres vous échapperont totalement.
  • Lâchez prise. Parfois, vous ne serez pas en mesure de résoudre un problème. En effet, il peut dépasser votre champ d’action. Apprenez à l’accepter et à le laisser sous la responsabilité des personnes compétentes.

Voilà. Les deux bases de nos discussions sur la productivité sont maintenant posées. Vous verrez que beaucoup des sujets abordés sur Be Efficient toucheront d’une manière ou d’une autre à la gestion du temps, ou bien à la gestion de l’énergie.

Si vous avez le temps, pensez à répondre au questionnaire que vous trouverez sur cette page. Ainsi, il me sera plus facile de savoir de quoi je dois parler en priorité sur le site : ce que vous attendez, les difficultés que vous rencontrez.

Vous pouvez aussi commenter cet article si vous aussi, vous avez rencontré ou rencontrez encore des difficultés dans la gestion de votre énergie.