Cal Newport a développé le concept de Deep Work. Cette façon de travailler consiste à vous mettre dans un état de non-distraction totale durant lequel vous allez vous concentrer sur une tâche en particulier. Une tâche qui vous tient à cœur et dans laquelle vous excellez. L’important n’est pas la nature de la tâche à laquelle vous vous attelez mais qu’elle soit significative pour vous parce qu’elle vous amène une plus-value, parce que vous aimez faire ce que vous faites, parce que vous savez qu’elle sera pertinente pour d’autres personnes que vous voulez aider.

Aujourd’hui, tout est sujet à distractions, y compris sur le lieu de travail. Les courriels, les notifications Microsoft Teams, les collègues qui vous parlent. Toutes ces choses sont des distractions. En fait, tout ce qui vous empêche de vous concentrer sur votre travail est une distraction.

Soyez plus concentrés en pratiquant le deep work

Mais que veut dire « être concentré », au juste ? Cela signifie que vous êtes absorbé dans la tâche qui vous occupe. Concrètement, cela signifie ne pas vérifier la réception de nouveaux courriels mais aussi ne pas vérifier votre flux Facebook. Cela signifie aussi ne pas répondre aux appels téléphoniques et évidemment ne pas surfer sur des sites de news. Pas de lecture ni de réponses aux SMS non plus. Et, dans la mesure du possible, vous vous isolez dans un espace réservé à votre travail pendant toute cette période.

Cal Newport a eu l’occasion de travailler avec les personnes les plus productives du monde et il a remarqué que la plupart s’adonnaient au concept de deep work pendant au moins quatre heures sur la journée. Cela ne signifie pas que vous deviez absolument y consacrer quatre heures. Quand on travaille en équipe, quatre heures, c’est énorme ! Mais vous pouvez bloquer du temps (une heure, deux heures, trois – le temps que vous pouvez vous permettre d’investir) pour accomplir cette tâche importante et vous concentrer dessus.

S'isoler pour plus de productivité

Deep Work et gestion du temps

Il est évident que cela demande un minimum de réflexion sur le contenu de votre calendrier et sur votre organisation. Alors réfléchissez : à quel moment de la journée avez-vous le plus d’énergie ? Le matin ? Bloquez du temps en début de journée, au moment où votre cerveau est au maximum de ses capacités. Si c’est en fin d’après-midi, bloquez deux heures à ce moment-là et concentrez-vous sur une tâche spécifique importante ! Bloquez ce laps de temps dans votre agenda. Cela évitera à une personne qui voudrait organiser une réunion de vous la proposer à une période où vous avez programmé votre séance de deep work. S’il sait se servir correctement de ses outils, évidemment.

« Mais je ne peux pas rester deux heures entières sans consulter mes mails : mon patron attend des réponses rapides et je pourrais être viré si je ne le fais pas rapidement ! »

OK. Mais il y a probablement un moment de la journée où votre boss n’attendra pas cela de vous, n’est-ce pas ? Par exemple, si vous commencez votre journée à sept heures. Pourquoi ne pas bloquer les deux premières heures pour vous adonner au deep work ? A partir de neuf heures, vous serez tout dévoué à votre patron !

Pour pratiquer le deep work, concentrez-vous sur une seule chose !

Le deep work est-il pour vous ?

Gardez à l’esprit que des gens avec des responsabilités bien plus conséquentes que les nôtres sont de grands adeptes du deep work. Barack Obama par exemple. Pensez-vous que vous devez gérer des crises plus importantes que celles imposées au Président des Etats-Unis ? Pourtant, ce dernier s’adonnait au deep work tard dans la soirée. Au pire, communiquez avec votre boss : expliquez-lui la raison de votre démarche. Il y a peu de chance qu’il voit un inconvénient à ce que vous fournissiez un travail de meilleure qualité.

Une autre chose à laquelle vous devez penser : quelles sont les tâches que vous devez accomplir qui sont les plus importantes, celles qui vont générer le plus de valeur pour votre business, pour vous-même ou pour vos collègues ? 

Le deep work par l’exemple

Par exemple, pour moi, c’est l’encodage de factures. Pourquoi ? Parce que c’est un processus que je ne peux pas automatiser avec les moyens qui sont à ma disposition.

En outre, c’est le gros de mon travail et de lui dépendent les relations de mon employeur avec ses fournisseurs mais aussi la trésorerie de l’entreprise, la qualité de nos bases de données et d’autres choses encore. Et si toutes ces choses ne dépendent pas uniquement de mes prestations, je peux toutefois considérer ces dernières comme un maillon important de la chaîne. Si les factures sont mal encodées, je devrais passer du temps à les corriger. Si le mauvais fournisseur est imputé, le paiement sera envoyé à la mauvaise personne. S’il y a une erreur de montant, les relations avec les fournisseurs vont se compliquer. Bref, vous voyez le topo.

En conséquence, chaque jour, je bloque deux heures de 10 h à midi ou je vais me consacrer exclusivement à l’encodage des factures. Pendant ce temps, je ferme Microsoft Teams et Outlook, je ne réponds pas aux appels et je mets mon téléphone en mode Ne pas déranger. Je ferme tous les onglets de mon navigateur. J’utilise Freedom pour empêcher l’utilisation de sites qui pourraient me distraire. Et par conséquent, tous les onglets ouverts ont un rapport avec l’encodage des factures.

En résumé : pour pratiquer le deep work

Alors, quelle est pour vous la tâche la plus importante de votre aire de responsabilités ?

En résumé :

  1. Déterminez le laps de temps auquel vous avez le plus d’énergie.
  2. Déterminez la tâche la plus importante que vous devez accomplir.
  3. Bloquer une certaine période de votre calendrier.

Dernier conseil : ne soyez pas trop gourmand. Ne commencez pas à tester le principe de deep work pendant 5 heures par jour. Au début, vous ne pourrez probablement vous concentrer que sur des périodes moins longues. L’important c’est que vous arriviez à vous concentrer un minimum, quitte à augmenter ensuite ces périodes. Privilégiez la qualité à la quantité ! 😊